Dernier épisode

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 1 utilisateur et 4 invités en ligne.

RSSTwitterFacebook

13 May 2003

Connectique

Voici un petit récapitulatif de ce qu’on trouve, et donc des petits problèmes que vous êtes susceptibles de rencontrer. Il y a aussi quelques principes techniques à connaître si on ne veut pas se faire piéger avec les niveaux de sortie des différents types de périphériques. Je parlerai essentiellement de la connectique de sortie des micros, pour finir avec quelques mots sur la connectique et les particularités des synthés et des guitares, que vous pouvez également être amenés à enregistrer pour les besoins de vos aventures.

XLR

Sachez tout d’abord que le connecteur standard d’un micro est un connecteur XLR. C’est un connecteur à 3 broches qui à la particularité de véhiculer un signal symétrique (oula...). En gros, 2 des 3 broches véhiculent le signal en opposition de phase. Si on additionnait ces 2 signaux en cours de chemin dans le câble XLR, on n’entendrait plus rien. C’est le principe d’une opposition de phase. Si un parasite vient se greffer sur le signal en cours de chemin jusqu’au préampli, lui sera en phase sur les 2 brins. Lorsque le signal atteint le préampli, il est désymétrisé, les 2 signaux d’origine sont remis en phase, mettant du coup hors phase le signal parasite. Résultat : on ne l’entend plus. Elle est pas belle la vie ? Le connecteur - et par extension le câble - XLR est une connectique de bonne qualité, très répandu dans les studios professionnels. En live, ça permet par exemple de parcourir de longues distances sans avoir de parasites.

Vous vous en doutez, les micros avec connectique XLR sont un peu plus chers car plus professionnels.

Jack 6,35mm

Le Jack est assez répandu dans les micros bon marché. Rien de spécial à dire la dessus, le Jack est un connecteur 2 broches qui véhicule un signal asymétrique, qui ne répond donc pas à la particularité décrite au dessus. On parle souvent de "Jack" pour désigner à la fois le câble et/ou le connecteur (Les musiciens *électriques*, guitare ou clavier, le connaissent bien). Plus le Jack est long, plus il fait antenne. En live, il m’est arrivé de capter la BBC dans mon ampli guitare à cause d’un jack trop long. Ca arrive. Vive le XLR.

Jack 3,5mm

Bon... Encore moins à dire la dessus. C’est un connecteur similaire au jack 6,35mm, sauf qu’il est plus petit et qu’il se décroche encore plus facilement que son grand frère (Encore un avantage pour le XLR, qui est verrouillable). Je n’ai pas vu beaucoup de micros avec ce connecteur, mais enfin... j’en ai vu.

Y en a d’autres...

Oui, il y a des connecteurs DIN (qui ressemblent aux connecteurs MIDI), les connecteurs Tuschell (pas sûr de l’ortographe), verrouillables eux aussi à l’aide d’une bague qu’on visse, et tous les autres connecteurs trouvés sur les micros de grand papa dont plus personne ne parle et dont le connecteur est tombé dans l’oubli. Si ça se trouve, vous avez une pièce de musée dans le grenier, et vous pourriez en tirer un bon prix.

Y a pas que la connectique dans la vie, il y a aussi les niveaux

Il faut savoir que la connectique détermine le niveau moyen de tension de sortie d’un micro, de l’ordre de quelques millivolts. Néanmoins, en général, un micro à connectique XLR délivre une tension supérieure à celle délivrée par un micro de type Jack. C’est la vie, les trucs pros, c’est souvent plus balaise.

Cette histoire de niveau, c’est une vraie réalité. Entre les appareils de type pro ou semi-pro qui délivrent une tension de type professionnel (+4dBu) et les appareils de type grand public (une platine CD par exemple), qui délivrent une tension de type grand public (-10dBV), il y a un rapport de tension calculable à l’aide d’une formule. Voir le topo sur les décibels.

Préamplifier le micro

Quelques millivolts, que ce soient des dBu (les dBs professionnels) ou des dBV (les dBs pour nous les gogos du grand public), ce n’est de toute façon pas suffisant pour entrer dans une console ou une carte son (quelque part, une console virtuelle). En analogique, on s’attend à travailler avec des niveaux de tension acoustique de l’ordre du VOLT. Il faut donc trouver un moyen d’amplifier ce microsignal pour que la console (ou la carte son) puisse l’entendre (et donc l’enregistrer au niveau qui convient). Et le préampli micro fût inventé.

Commentaires inutiles

Pour pouvoir enregistrer des commentaires, vous devez être inscrit !
Attention : Kikoo-mode interdit ! Tous les messages Kikoo/SMS seront supprimés