Dernier épisode

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 1 utilisateur et 4 invités en ligne.

RSSTwitterFacebook

25 September 2005

L’égalisation

Ok, c’est bien joli l’égalisation, mais concrètement je fais quoi ?


Simple, le programme audio à mixer est la plupart du temps organisé en pistes. Dans le cas d’une aventure mp3, une piste par personnage par exemple, une piste de musique stéréo, une ou deux pistes de bruitages mono et stéréo.

Un bon début consiste à restreindre, et même accentuer, le spectre de chacune des pistes. Et non ça n’a aucun rapport avec les fantômes. Le spectre, c’est la plage de fréquence "normale" d’un son.

Je ne comprends rien à ton histoire de spectres...

Par exemple, une voix a un spectre restreint. Ca ne contient presque pas de basses fréquences (les graves), et peu de très hautes fréquences. Dans les prises de basse qualité, il y a souvent du "hum" 1 ou du "hiss" 2. S’il s’agit d’une piste de voix, la partie technique du mixage consiste à égaliser (avec un égaliseur, si vous avez bien tout suivi) pour couper un maximum de fréquences très graves et un maximum de fréquences très aigues. Ce n’est pas obligatoire, si votre prise de son est excellente, exempte de toute fréquence parasite, n’utilisez pas d’égaliseur.

Et l’égaliseur fut inventé


Egaliseurs vintage

Un égaliseur basique ne comporte généralement qu’un potard 3 de gain permettant de diminuer ou d’augmenter certaines fréquences. Graves, medium ou aigus. Dans le spectre audible, ces fréquences s’expriment en Hz pour le grave, et en Khz pour l’aigu. L’égaliseur peut comporter un nombre de bandes compris entre 2 et 31, selon la taille de votre porte-monnaie.
Egaliseurs graphiques - 31 bandes

Vous commencez à vous dire que ça devient basique si je vous dis que 20Hz, c’est du grave. Mais aussi 80Hz ou encore 120Hz. Quand vous égalisez à chacune de ces 3 fréquences, le résultat est différent.
Il est donc important de savoir quelle est la fréquence de coupure de votre égaliseur, s’il ne comporte qu’un seul potard. Le résultat de votre égalisation dépend de cette fréquence.

Si vous êtes plus fortuné, ou si vous utilisez un logiciel audio digne de ce nom, vous avez un égaliseur paramétrique. C’est un équipement qui fait la même chose qu’un égaliseur de base, sauf qu’il dispose au moins d’un potard supplémentaire pour régler la fréquence de coupure. Ce qui vous donne donc un potard de gain et un potard de fréquence. Réglez la fréquence puis augmentez ou diminuez le gain à cette fréquence et aux quelques fréquences qui l’entourent. Il y parfois aussi un 3ème potard dont je parle plus loin.


Egaliseur soft : Cubase SX

Comment ça aux quelques fréquences qui l’entourent ?

Bin oui, l’égaliseur modifie le signal sur toute une bande de fréquence, en fonction de sa qualité. En électronique, un égaliseur n’est autre qu’un filtre. Et un filtre, ça a une pente, en audio elle est exprimée en multiples de 6dB/octave, une unité de mesure plus musicale qu’électronique. On parle ici de dB de tension, et sachez que par conséquent, tout franchissement de 6dB de gain (ou de diminution dans un filtre) est un doublement (ou une réduction de motié si on parle de diminution) du gain initial. C’est ça le power du dB de tension. +6dB = fois 2. -6dB = divisé par 2. Vivent les maths.

Quel rapport avec les octaves ?

Un octave, c’est l’intervalle minimum qui sépare deux notes de même valeur. Par exemple LA3 et LA4 sur un piano (ou sur tout autre instrument). Une note n’est rien d’autre qu’une fréquence. Le LA3 correspond à une fréquence de 440Hz. 6dB par octave, c’est donc 2 fois plus ou 2 fois moins de signal quand on passe un octave.

On peut parfaitement avoir des pentes plus importantes, de 12, 18, ou même 24dB par octave. Certains synthés très technoïdes mettent d’ailleurs en avant cet argument dans leur capacité de synthèse.


Q faible = pente douce
Dans un égaliseur, il y a parfois un 3ème potard en plus du gain et de la fréquence, labellé "Q" comme Quality. Il s’agit du facteur de qualité du filtre. Sa valeur varie entre 0,5 et 9 dans la plupart des cas. Plus la valeur est élevée et plus la pente est raide, et donc la coupure importante lorsqu’on s’éloigne de la fréquence de coupure.
Q élevé = pente raide
Si vous souhaitez égaliser sur une bande de fréquences très étroite, utilisez donc un facteur de qualité élevé.

Je veux égaliser mais je n’arrive jamais à savoir comment il faut faire

C’est une des parties les plus difficiles du mixage. Ne perdez cependant pas courage. Ayez en tête que c’est effectivement difficile. Les ingénieurs du son professionnels disent parfois qu’il faut 5 ans à un novice pour se "déboucher" les oreilles. C’est une question de pratique.

Vous aurez donc un maximum de doute... comme tout le monde. Soyez pragmatiques. Commencez par avoir une approche technique. Dans un signal, il y a ce qui gêne, et ce qui caractérise un son. Utilisez l’égaliseur pour éliminer ce qui gêne et mettre l’accent sur ce qui caractérise les sons. Ca permet de faire place nette, et l’équilibre global s’en trouvera amélioré.

Vous pouvez parfaitement décider que ce piano n’a absolument pas besoin d’être aussi grave et couper violemment à 120hz. Ca dépend du reste de votre programme audio. Il n’y a pas vraiment de recette, mais essayez d’écouter le signal que vous souhaitez égaliser avec le reste. Egaliser pendant plusieurs minutes un signal tout seul pour lui faire un beau son est une erreur cruciale ! Sauf si bien sûr vous avez en tête le reste, ou si vous faites du live (ou l’on pratique souvent comme ça pour éliminer tout risque de feedback, appelé aussi Larsen en France).

Dans votre approche technique, ayez aussi en tête que le principe d’une égalisation globale réussie est de faire "une place" à chaque partie, afin d’éviter au maximum que tout se marche dessus (et là, c’est mal, ok ?). Si vous mixez de la musique, la basse, c’est globalement du grave, le charleston, c’est globalement de l’aigu. Quand on a dit ça, on peut décider de couper les fréquences aigues de la basse et les fréquences graves du charleston. On peut aussi le faire de façon sélective, pour conserver par exemple à la basse, ce brin de fréquences aigües qui dynamise le jeu du bassite. On peut aussi décider d’aller manger un yaourt parce qu’on en a ras le bol. C’est normal et tout à fait autorisé. Attention cependant ! Ne vous faites pas avoir par ces instruments, ils contiennent des fréquences insoupconnées capables de mettre un bordel infâme dans vos réalisations. Pour vous en rendre compte, passez donc une basse "slap" dans un analyseur harmonique.

Vous allez vous poser toutes les questions existentielles que tout le monde se pose à l’égalisation : cette piste sonne mal, ou contient un son qui résonne, qui énerve, qui siffle, etc. Utilisez l’égaliseur pour identifier ces fréquences gênantes et élimniez les.

Tout ça ne m’aide pas beaucoup...

Alors bien sûr, ce n’est pas facile. Certains styles de musique compliquent particulièrement la tâche, comme par exemple le métal. Une guitare disto est un instrument au spectre extrêmement riche, notamment en fréquences medium. La caisse claire d’une batterie contient également beaucoup de medium, tout comme les voix. Dans ces conditions, il devient vite très difficile de mixer tous ces instruments ensemble ! Si vous faites du métal donc, accrochez vous, un long parcours semé d’embûches vous attend. Si en plus, les musiciens jouent bourrés, pas carré, et puent de pieds, vous risquez de toucher le fond.

Si vous n’entendez pas naturellement les fréquences, ou que vous ne les avez pas encore "dans l’oreille", rassurez-vous. C’est naturel et c’est le cas de beaucoup de monde. Vous pouvez faciliter cette tâche et procéder de la façon suivante : vous souhaitez égaliser les graves, mais vous ne savez pas précisément quelle fréquence.

  •  S’il s’agit d’une fréquence gênante, mettez la piste concernée en solo, activez l’égaliseur des basses fréquences et commencez par monter tout de suite le gain assez fort 4.
  •  Une fois l’opération faite, assurez vous que le facteur de qualité est réglé sur une valeur faible (si vous en avez un, bien sûr).
  •  Balayez ensuite le spectre grave à l’aide du potard de fréquence et écoutez. N’hésitez pas à monter le gain.
  •  Lorsque vous pensez repérer la zone la plus gênante, réduisez la bande (avec le potard "Q") puis ajustez la fréquence. Procédez ainsi jusqu’à ce que ça ne sonne plus naturel.
  •  Remettez la piste concernée dans le global, mettez la plus fort que le reste puis coupez les fréquences gênantes que vous avez identifié en montant le gain. Contrôlez que tout va bien. Si besoin, repétez l’opération dans le contexte des autres instruments. Vous aurez peut-être besoin de compenser en montant le volume de cette piste.
    A ce stade, les ingénieurs du son, ajustent également les autres instruments. N’espérez pas procéder piste à piste. Le mixage est un mélange global, et non l’ajout de plusieurs pistes égalisées.

    Vous pouvez aussi vouloir mettre l’accent sur une fréquence typique, qui permet d’entendre mieux la voix ou l’instrument, et qui permettra aussi de baisser son niveau sonore. Un bon ingénieur du son utilise l’égaliseur pour éviter la course au volume.

    Je n’entends pas donc je monte. Ah oui mais du coup on n’entend plus ici, je vais monter aussi. Seulement si je monte ici, ça masque ça, je vais le monter, etc. PAS BON !

    Les pièges à éviter

  •  Monter le volume d’une piste quand on ne l’entend pas
  •  accentuer une bande de fréquence sur une plage non caractéristique de la piste (par ex : monter le grave sur un charleston)
  •  utiliser un facteur de qualité trop élevé (pas naturel)
  •  faire des tests d’égalisation avec le volume général trop fort
    En résumé sur l’égalisation
  •  ayez une approche d’abord technique, puis artistique
  •  l’égaliseur est un outil qui permet de faire "une place" à chaque composant du programme audio
  •  utilisez quand vous le pouvez des égaliseurs paramétriques avec réglage du facteur de qualité
  •  gardez confiance et courage, c’est très difficile. Il faut pratiquer beaucoup pour finir par faire quelque chose de bien
    • 1. un bruit de fond dans le grave
    • 2. un souffle dans l’aigu
    • 3. Terme consacré en audio pour dire "bouton rotatif"
    • 4. Faites attention à vos enceintes, en général, on commence par baisser le général quand on procède de la sorte, sinon on se prend un boomer dans la face

    Commentaires inutiles

    Pour pouvoir enregistrer des commentaires, vous devez être inscrit !
    Attention : Kikoo-mode interdit ! Tous les messages Kikoo/SMS seront supprimés