Dernier épisode

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 1 utilisateur et 4 invités en ligne.

RSSTwitterFacebook

8 October 2005

La table de mixage - Les tranches

Chaque section a sa fonction propre que je vais m’efforcer de décrire ici. Dans le topo suivant, on fera un peu de signal flow (cheminement du signal), pour expliquer comment bien utiliser tout ça.

Les tranches

Pensez à un jambon. Et bien, ça n’a aucun rapport.

Maintenant pensez à une table de mixage. Tout le monde a déjà vu des alignements de boutons interminables et incompréhensibles. Tout ça c’est du flan. Si on découpe verticalement la console, on retrouve plusieurs fois les mêmes boutons.

Ensuite, ne confondez pas certains mots de vocabulaire consacré. Une piste, c’est ce qui est enregistré dans un magnétophone (qui peut être un PC). Une tranche ne s’appelle pas une piste, elle "accueille" une piste. On l’appelle aussi une "voie".

Les tranches (ou voies) sont généralement regroupées à gauche. Sur certaines grosses consoles, il y en a aussi à droite (après les bus et la section master). Elles servent à accueillir un signal entrant ou sortant, sachant que quand un signal est entré, il faut bien qu’il sorte quelque part. De même, s’il sort, c’est bien qu’il est entré quelque part. Prenez des notes, quoi...

Une tranche ne sert pas à écouter un signal. Le signal entre, point barre. Si vous voulez l’écouter, vous devez ensuite l’envoyer quelque part où vous avez de quoi le faire. En général, c’est un bus, si ce n’est le bus MASTER, au moins un de ses acolytes, qui l’enverra ensuite vers le MASTER. Grâce au bus MONITOR, vous pourrez ensuite contrôler votre signal 1. Je reviendrai plus loin sur les bus.

Chaque tranche va embarquer un nombre de fonctions variable, selon la complexité (et donc le prix) de la console. Commençons basique, de haut en bas de la tranche. Sur la gauche, vous pouvez voir un exemple de tranche de console de gamme moyenne, c’est assez représentatif 2 :


- L’entrée physique : 1 connecteur jack ou XLR, parfois un RCA, peut-être en face arrière
(voir image de droite).

  •  Le préampli : équipé d’un potard parfois noté "gain" ou "trim", il sert à remonter le niveau du signal. En général, la position "midi" 3correspond au gain unitaire (Unity Gain), c’est à dire que le niveau qui entre dans l préampli est égal au niveau qui en sort. En gros, dans cette position, il n’y a ni augmentation, ni diminution du signal. Reportez vous à la doc de votre console pour savoir si vous avez une position Unity Gain. A cet étage, vous avez parfois quelques boutons supplémentaires, comme le pad (un atténuateur de quelques dB pour les signaux trop forts), l’inverseur de phase (retournement de l’onde sonore selon l’axe horizontal, utile pour les couples de micros en stéréo), ou le commutateur d’alimentation phantom 48V pour alimenter un micro statique. Ce dernier est parfois un commutateur général, activable pour toutes les pistes en même temps. Pas de panique toutefois, une alim 48V activée sur une voie où vous avez branché un micro dynamique n’est pas dangereuse pour le micro. Toute personne qui vous dira le contraire n’a rien compris au principe de l’alimentation phantom.
  •  Les envois d’effets : on les appelle aussi auxiliaires (ou AUX) ou encore SENDS (ou FX SENDS). Il peuvent être mono, stéréo, ou switchables. Ce sont des potentiomètres rotatifs (des potards) qui envoient une "dose" du signal vers la sortie AUX correspondante. Par exemple, vous montez le potard AUX1 sur la tranche 1, vous retrouvez la dose de signal correspondant à la quantité que vous avez réglé à la sortie AUX1. Si vous avez un équipement externe dont l’entrée est connecté à la sortie AUX1 de votre console, vous devriez retrouver une quantité X de ce signal dedans. A vous de doser combien vaut X, grâce au potard AUX1. La puissance du truc, c’est qu’il y a un potard AUX1 dans toutes les tranches. Rien de plus facile d’envoyer tout ou partie de chaque tranche dans l’équipement externe, avec un volume indépendant pour chaque (le potard, vous suivez ou bien ?). Voici comment faire un mix parallèle au mix global, pour alimenter un système d’écoute à plusieurs casques ou un retour scène par exemple.
    Les AUX sont de bus de recopie du signal. Il permettent de "prélever" une quantité de signal dans la tranche sans impact sur le signal original.

    Pour réduire le nombre de potards à insérer sur chaque tranche, les constructeurs mettent parfois des AUX switchables. Exemple : dans les specifications techniques de la console sont indiqués 4 bus AUX mono, mais ils sont switchables, donc seulement 2 peuvent être utilisés simultanément. Un bouton permet de passer des bus AUX1-2 aux bus AUX3-4 dans chaque tranche. Méfiance donc à l’achat...

  •  Les égaliseurs : Je crois avoir déjà tout dit sur ce sujet dans le topo qui en parle.
  •  Le panoramique : aussi appelé plus simplement PAN. Aucun rapport ici avec un quelconque ami d’Asterix. Le PAN permet de placer le signal dans l’image stéréo. C’est un potard qui envoie le signal à gauche quand vous le tournez à gauche, et à droite quand... enfin bref. Evidemment, ce n’est pas binaire. Si vous tournez un peu le potard à gauche, ça envoie le signal un peu à gauche, mais il en reste à droite tant que vous n’avez pas tourné complètement le PAN à gauche.
    IMPORTANT : le PAN n’a d’utilité que si la voie correspondante est routée vers un bus stéréo. Alors évidemment, à ce stade, vous ne comprenez rien. Pensez simplement qu’une voie ne représente qu’un seul signal mono 4 et qu’un signal mono n’a ni gauche ni droite, il n’a qu’un centre. Il vous faut donc au moins un bus stéréo dans lequel envoyer cette voie 5. Ensuite seulement on peut parler de répartition dans l’espace stéréo, car vous vous souvenez que pour faire de la stéréo, il faut 2 canaux !
  •  Les faders : tout le monde connaît, ce sont les potentiomètres linéaires qu’on monte ou qu’on descend pour ajuster le niveau sonore de la tranche. En fonction du niveau de complexité de votre console (et donc aussi de son prix), un tas de trucs cités plus haut peuvent être PRE-FADER. J’expliquerai plus loin cette notion. A ce stade retenez qu’un bouton PRE (implicitement PRE-FADER) rend la section où vous avez trouvé ce bouton indépendante du fader (mystère, mystère, haha).
  •  Les boutons SOLO / MUTE : Le bouton SOLO permet de mettre la voie correspondante en solo, donc de l’écouter seule. Selon les consoles, il y a plusieurs modes de SOLO, in-place ou PFL (Pre Fader Listen), qui ont un impact que je ne peux pas expliquer tout de suite sans avoir expliqué les BUS. Le MUTE sert à couper la voie.
  •  Le routing : En général, près du fader et des boutons SOLO/MUTE, mais parfois bien plus haut, on peut trouver d’autres boutons dits d’affectation. Vous l’avez compris, le bas de la tranche est le dernier stade où votre signal passe avant d’être envoyé ailleurs. Ces boutons peuvent être sérigraphiés 1-2, 3-4, 5-6 etc. ou même MASTER. Il s’agit en fait des BUS disponibles dans votre console. Il peut n’y en avoir qu’un (le bus MASTER), ou plusieurs. Souvent, le bus 1-2 est le MASTER.
    Comprendre cette partie de la tranche est essentiel. Un signal qui passe dans une tranche n’est pas directement audible s’il n’est pas routé vers un bus. Ca me fait une excellente transition pour en parler. Ca se passe par là
    • 1. Monitoring = contrôle. En audio, on contrôle en écoutant. Certains contrôlent par absorption buccale de fichiers stockés sur clés USB, mais ça marche moins bien.
    • 2. Mackie 8 BUS 32/8/2, qu’on peut mieux voir ici
    • 3. Midi, comme sur une horloge, bande de cloches, pas le MIDI utilisé comme norme de transmission dans les synthétiseurs !
    • 4. sauf si votre console intègre des voies stéréo rrraa, mais je parle ici du cas général
    • 5. Je repense ici aux dizaines de mails de gens qui me demandent pourquoi le PAN de Cubase ne fonctionne pas

    Commentaires inutiles

    Pour pouvoir enregistrer des commentaires, vous devez être inscrit !
    Attention : Kikoo-mode interdit ! Tous les messages Kikoo/SMS seront supprimés